Vaccin Gardasil et polémique.

Vaccin contre le cancer du col de l’utérus …

Rappel deux vaccins sont sur le marché : Gardasil® et Cervarix®

Les doutes sur l’intérêt et l innocuité de cette vaccination sont relancés par une plainte récente.

Les éléments à consulter :

  • L’avis récent (26 novembre 2013 ) de l’ANSM  où pour résumer on y conclue « Le rapport bénéfice/risque de ce vaccin, au regard de l’ensemble de ces données d’efficacité et de sécurité reste favorable »,

 

  • Des Pièces du dossier médico-légal de l’affaire Gardasil®sont répertoriées ici, par le Dr Jean Yves Nau

 

  • et la réponse du laboratoire concerné, retranscrite par le même auteur est lisible ici.

 

 

  • Le billet de fin septembre 2013 de Martin Winckler,  je cite « La vaccination contre certains papillomavirus est aujourd’hui possible pour les femmes qui le désirent ; elle n’est pas indispensable, car la prévention du cancer du col est déjà effectuée par les frottis de dépistage ; comme la vaccination n’est ni nécessaire ni suffisante pour prévenir le cancer du col et comme ses effets néfastes à long terme sont inconnus, on est en droit de se demander si cette vaccination est utile, voire même souhaitable… En tout cas, il n’y a rien de criminel ou de dangereux à ne pas se faire vacciner et à ne pas faire vacciner ses filles… »

 

  • La revue indépendante prescrire écrivait en 2007 « Le vaccin papillomavirus contre 4 génotypes (6,11,16,18) diminue fortement pendant au moins 4 à 5 ans, l’incidence des infections par HPV-6, 11, 16 et 18, chez les adolescentes non infectées par ces génotypes. L’incidence des dysplasies de haut grade est ainsi réduite. Les effets indésirables sont mineurs. Mais l’effet en termes de prévention des cancers du col utérin n’est pas démontré : un suivi prolongé et attentif des populations vaccinées est nécessaire«  (6).©La revue Prescrire 1er février 2007; 27 (280) ; 89-93. ( voir http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierPapillomavirusVaccVuAilleurs.php )
  • puis écrivait en 2013 « Mi-2013, le pari de proposer cette vaccination aux jeunes femmes reste une option raisonnable. Les résultats en termes de cancers invasifs, voire de mortalité, ne seront pas disponibles avant plusieurs années » (Rev Prescrire 2013 ; 33 (357) : 552-556) et Vaccin papillomavirus dès 11 ans, sans raison valable
  • et « Avancer l’âge de la vaccination des jeunes filles n’est pas fondé sur des données d’efficacité clinique solides. Les données d’évaluation de cette vaccination et leurs incertitudes restent inchangées »(Rev Prescrire  2013 ; 33 (362) : 928) » (voir ici http://www.prescrire.org/fr/3/31/49012/0/NewsDetails.aspx )

Comme souvent, nous sommes donc face à un pari, que la femme, la jeune fille concernée et ses parents doivent prendre.

Nous vivons actuellement un remake de l’épopée du vaccin contre l’hépatite B.

 

Les trois points paraissant essentiels :

 

1.       Le cancer du col de l’utérus fait l’objet de campagne de dépistage via les frottis. Le risque de cancer du col est relativement faible. Voir ici.

2.       Les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires rares mais parfois très graves avec une répercussion potentiellement très sévère sur le quotidien de la patiente concernée.

Comme dans toutes les vaccinations il y a un risque de complications. Sans préjuger des conclusions de l’enquête scientifique ou juridique, les vaccins (probablement tous ?) peuvent théoriquement provoquer notamment une réaction immunitaire inappropriée, la SEP (sclérose en plaque) étant un des exemples d’effets indésirables imputables parfois à des vaccinations. Ainsi le risque de complication grave est faible.

 

3.       L’efficacité du vaccin en question est relative, d’autant qu’elle ne touche pas toutes les souches du papillomavirus responsables de ce cancer.

 

Certes comme le dit l’ANSM ce 26 novembre, « Le rapport bénéfice/risque de ce vaccin, au regard de l’ensemble de ces données d’efficacité et de sécurité reste favorable », malgré tout faut il se faire vacciner pour éventuellement prévenir le faible risque de cancer avec en face un faible risque d’avoir une complication potentiellement grave et définitive.

 

Un pari…

 

PS : Si vaccination il doit y avoir, l’avancer à l’âge de 11 ans parait peu utile.

 

 

 

 

Pas de conflit d’intérêt à déclarer dans les références citées. Cet article est issu de mon expérience de terrain, il existe d’autres protocoles de prise en charge.

 

Dr Frédéric Dussauze

 

2 Commentaires

  • Je trouve qu’il y a dans cette présentation, malgré tout, des signes de parti-pris.
    Je précise que je ne fais pas partie non plus des gens qui touchent des sous de l’industrie pharmaceutique ;-).
    Le parti pris est le suivant : comparer le “rare” du cancer du col, qui selon la source citée fait tout de même autant de morts que le mélanome, deux fois plus que le cancer de l’oesophage chez les femmes, avec le “rare” des complications du vaccin, qui a vrai dire sont tellement rares que aucune imputabilité n’a pu être démontrée. Il faudrait plutôt parler de rarissime.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

  • Modes de NON-contamination COVID pour l’hiver 2020-2021
    Soyons clairs, Je ne suis pas un épidémiologiste ni un professeur invité à la télé. Je n’ai fait aucune prédiction. Je m’occupe de coronavirus depuis le 1er jour de la pandémie, avec la chance de le faire à distance, et surtout de gérer des équipes qui s’en occupent. Je ne suis pas sur le front, […]

RSS Santé au travail en Suisse

  • Tâches du responsable de la sécurité biologique, BSO, biosafety officer
    Lorsqu’une entreprise utilise des organismes, elle doit disposer d’un BSO, Biosafety officer, comme l’exige l’ordonnance sur l’utilisation des organismes en milieu confiné. Ce BSO est chargé d’établir un concept de sécurité biologique. En effet l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés ou pathogènes, dans la recherche, le diagnostic et l’industrie, peut entraîner des risques pour les utilisateurs, mais […]

RSS Santé au travail en France

  • Rente d’incapacité permanente partielle = IPP
    Lorsqu’un salarié reste atteint d’une incapacité permanente partielle, IPP, qui résulte d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, il peut percevoir une rente quand son état est consolidé. Depuis début 2019 les tribunaux du contentieux de l’incapacité (TCI) ont été supprimés et les contentieux à propos du taux de l’IPP ont été transférés vers […]

RSS Cancer Contribution

  • Du bon usage de la brochure « Proches aidants » de Cancer Contribution
    Avec la brochure « Proches aidants », Cancer Contribution a souhaité jeter un coup de projecteur sur certaines des spécificités de l’accompagnement par un proche d’un patient atteint de cancer.… L’article Du bon usage de la brochure « Proches aidants » de Cancer Contribution est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les […]

RSS Doctor 2.0

  • Episode 3 de la série du "Praticien Connecté" : les #podcasts
    Accédez aux Podcasts des Praticiens connectés ! Pour cet épisode 3 de l’Espace du Praticien Connecté créé par Edimark, (groupe qui édite 26 revues et six sites web), et Information ... Lire la suite The post Episode 3 de la série du "Praticien Connecté" : les #podcasts appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

RSS Zeblogsanté

  • Covid 19 : Le premier lanceur d’alerte, c’est vous !
    Après ce Covid dévastateur qui a ébranlé nos certitudes, notre regard n’est plus le même. La communauté des hommes, en comptant ses morts, a pu mesurer dans sa chair que sur cette planète ronde, nous étions tous liés par le fil invisible et implacable de la contagiosité. Un monde incertain Le coronavirus se contrefiche desLire […]

RSS Glaucome brèves

  • Maintenir la surveillance des glaucomes graves, même durant l'épidémie Covid-19
    Les maladies glaucomateuses sont, non seulement une grave menace pour la santé visuelle en raison de leur potentiel cécitant, mais également un enjeu majeur de santé publique avec un coût social et budgétaire amplifié par leur fréquence [...] L'impact négatif indirect de la pandémie Covid-19 sur le (...) - Pages publiques

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile