Vaccin Gardasil et polémique.

Vaccin contre le cancer du col de l’utérus …

Rappel deux vaccins sont sur le marché : Gardasil® et Cervarix®

Les doutes sur l’intérêt et l innocuité de cette vaccination sont relancés par une plainte récente.

Les éléments à consulter :

  • L’avis récent (26 novembre 2013 ) de l’ANSM  où pour résumer on y conclue « Le rapport bénéfice/risque de ce vaccin, au regard de l’ensemble de ces données d’efficacité et de sécurité reste favorable »,

 

  • Des Pièces du dossier médico-légal de l’affaire Gardasil®sont répertoriées ici, par le Dr Jean Yves Nau

 

  • et la réponse du laboratoire concerné, retranscrite par le même auteur est lisible ici.

 

 

  • Le billet de fin septembre 2013 de Martin Winckler,  je cite « La vaccination contre certains papillomavirus est aujourd’hui possible pour les femmes qui le désirent ; elle n’est pas indispensable, car la prévention du cancer du col est déjà effectuée par les frottis de dépistage ; comme la vaccination n’est ni nécessaire ni suffisante pour prévenir le cancer du col et comme ses effets néfastes à long terme sont inconnus, on est en droit de se demander si cette vaccination est utile, voire même souhaitable… En tout cas, il n’y a rien de criminel ou de dangereux à ne pas se faire vacciner et à ne pas faire vacciner ses filles… »

 

  • La revue indépendante prescrire écrivait en 2007 « Le vaccin papillomavirus contre 4 génotypes (6,11,16,18) diminue fortement pendant au moins 4 à 5 ans, l’incidence des infections par HPV-6, 11, 16 et 18, chez les adolescentes non infectées par ces génotypes. L’incidence des dysplasies de haut grade est ainsi réduite. Les effets indésirables sont mineurs. Mais l’effet en termes de prévention des cancers du col utérin n’est pas démontré : un suivi prolongé et attentif des populations vaccinées est nécessaire«  (6).©La revue Prescrire 1er février 2007; 27 (280) ; 89-93. ( voir http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierPapillomavirusVaccVuAilleurs.php )
  • puis écrivait en 2013 « Mi-2013, le pari de proposer cette vaccination aux jeunes femmes reste une option raisonnable. Les résultats en termes de cancers invasifs, voire de mortalité, ne seront pas disponibles avant plusieurs années » (Rev Prescrire 2013 ; 33 (357) : 552-556) et Vaccin papillomavirus dès 11 ans, sans raison valable
  • et « Avancer l’âge de la vaccination des jeunes filles n’est pas fondé sur des données d’efficacité clinique solides. Les données d’évaluation de cette vaccination et leurs incertitudes restent inchangées »(Rev Prescrire  2013 ; 33 (362) : 928) » (voir ici http://www.prescrire.org/fr/3/31/49012/0/NewsDetails.aspx )

Comme souvent, nous sommes donc face à un pari, que la femme, la jeune fille concernée et ses parents doivent prendre.

Nous vivons actuellement un remake de l’épopée du vaccin contre l’hépatite B.

 

Les trois points paraissant essentiels :

 

1.       Le cancer du col de l’utérus fait l’objet de campagne de dépistage via les frottis. Le risque de cancer du col est relativement faible. Voir ici.

2.       Les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires rares mais parfois très graves avec une répercussion potentiellement très sévère sur le quotidien de la patiente concernée.

Comme dans toutes les vaccinations il y a un risque de complications. Sans préjuger des conclusions de l’enquête scientifique ou juridique, les vaccins (probablement tous ?) peuvent théoriquement provoquer notamment une réaction immunitaire inappropriée, la SEP (sclérose en plaque) étant un des exemples d’effets indésirables imputables parfois à des vaccinations. Ainsi le risque de complication grave est faible.

 

3.       L’efficacité du vaccin en question est relative, d’autant qu’elle ne touche pas toutes les souches du papillomavirus responsables de ce cancer.

 

Certes comme le dit l’ANSM ce 26 novembre, « Le rapport bénéfice/risque de ce vaccin, au regard de l’ensemble de ces données d’efficacité et de sécurité reste favorable », malgré tout faut il se faire vacciner pour éventuellement prévenir le faible risque de cancer avec en face un faible risque d’avoir une complication potentiellement grave et définitive.

 

Un pari…

 

PS : Si vaccination il doit y avoir, l’avancer à l’âge de 11 ans parait peu utile.

 

 

 

 

Pas de conflit d’intérêt à déclarer dans les références citées. Cet article est issu de mon expérience de terrain, il existe d’autres protocoles de prise en charge.

 

Dr Frédéric Dussauze

 

2 Commentaires

  • Je trouve qu’il y a dans cette présentation, malgré tout, des signes de parti-pris.
    Je précise que je ne fais pas partie non plus des gens qui touchent des sous de l’industrie pharmaceutique ;-).
    Le parti pris est le suivant : comparer le “rare” du cancer du col, qui selon la source citée fait tout de même autant de morts que le mélanome, deux fois plus que le cancer de l’oesophage chez les femmes, avec le “rare” des complications du vaccin, qui a vrai dire sont tellement rares que aucune imputabilité n’a pu être démontrée. Il faudrait plutôt parler de rarissime.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

  • Antivax: la force de conviction est-elle une protection ?
    Il n’y a que les antivax qui voient des effets indésirables graves du vaccin? Il n’y a que les provaccins qui voient les décès des non-vaccinés? Il n’y a que les antivax pour dire que seuls les vieux tout pourris décèdent du Covid, tandis que les jeunes bien portants meurent du vaccin. ? Il n’y a que... […]

RSS Santé au travail en Suisse

  • Conditions médicales requises pour la conduite de véhicules en Suisse
    C’est l’annexe I de l’ordonnance réglant l’admission à la circulation routière (OAC) qui décrit les exigences médicales requises pour la conduite de véhicules en Suisse, à la fois pour les permis de conduire privé (permis du groupe 1) et pour les permis de conduire professionnel (permis du groupe 2). La notion d’aptitude est mentionnée dans […]

RSS Santé au travail en France

  • Plan national canicule, PNC: travail par de fortes chaleurs
    Tous les ans, le gouvernement réactive le plan nationale canicule, PNC. Les entreprises doivent anticiper la survenue d’épisodes de chaleur intense, évaluer ce risque qui peut se surajouter aux risques professionnels habituels et mettre en place des mesures pour protéger la santé des personnes qui travaillent dans ces conditions. Numéro national canicule info service Fiche […]

RSS Cancer Contribution

  • Sophie Gidrol, innove et accompagne sur la fin de vie dans le cancer
    À travers ses interviews, Cancer Contribution continue à porter son attention sur la situation des aidants qui accompagnent un proche atteint de cancer. Aujourd'hui nous parlerons de fin de vie. Sophie Gidrol, ancienne infirmière en unité de soins palliatifs et de soins palliatifs mobiles depuis 18 ans a décidé de créer le métier de palliatothérapeute. […]

RSS Doctor 2.0

  • FemTech Summit – 26-27 mai – en ligne – gratuit
    Basil Strategies et notre marque événementielle Doctors 2.0 & You  sommes heureux de soutenir  FemTech Summit, qui se déroulera en ligne – et gratuitement – les 26 et 27 mai, ... Lire la suite The post FemTech Summit – 26-27 mai – en ligne – gratuit appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

  • Liste des médicaments qui interdisent la conduite des véhicules
    En France, les médicaments sont classés en 3 niveaux de dangerosité pour la conduite et  identifiables par 3 pictogrammes qui figurent sur l’emballage du médicament. L’arrêté du 13 mars 2017 a étendu la liste des médicaments qui présentent un risque pour la conduite. Médecin ou...

RSS Zeblogsanté

  • Interopérabilité : le serpent de mer du numérique
    L’interopérabilité est un vieux serpent de mer qui sort régulièrement sa tête de l’eau depuis que les mondes hospitaliers et extrahospitaliers ont été informatisés. On le voit réapparaître, puis disparaître au gré des réformes et des évolutions de la médecine. L’interopérabilité, c’est quoi ? « C’est la capacité que possède un produit ou un système, dont lesLire […]

RSS Droit médical brèves

RSS Droit-medical.net

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile