Se traiter par les plantes, moins dangereux ?

 

« Vrais » médicaments versus traitements à base de plante ? Quelle différence ? Sujet à controverses.

 Dans les deux cas l’objectif est le même : soigner, soulager, prévenir ou guérir…

Ne soyons pas candides, dans les deux cas il y a aussi des enjeux économiques à différents niveaux (pré production, production, distribution, prescription)

 Mais il y a beaucoup de différences. Citons les principales :

  1. -les conditions de mises sur le marché.
  2. -le recueil scientifique des effets positifs, thérapeutiques.
  3. -la qualité scientifique de l’étude des effets secondaires/tolérance ou des effets indésirables et des interactions médicamenteuses.

 

 Pour les médicaments traditionnels, les conditions sont administrativement (et probablement scientifiquement) plus rigoureuses.

Cependant la participation des investissements lourds, notamment pré-cliniques, pourraient potentiellement « assouplir » certains seuils décisionnels et altérer la qualité de l’étude sur ces trois postes. Il est trop tôt pour conclure sur les procédures en cours sur certains médicaments. De même certains scientifiques ont parfois fraudé (lire ici).

On peut estimer que ces dérapages concernent une portion infime de la pharmacopée, des études scientifiques et des laboratoires, notamment grâce à la mondialisation. Les informations diffusent plus vite, plus largement, et les critiques et corrections aussi.

Les dangers et l’ efficacité sont en principe bien identifiés et la loi veille mais est-ce suffisant ?

 

Pour les traitements à base de plantes médicinales, l’absence d’études est majoritaire, ou des études tronquées, les dangers et l’ efficacité sont surement moins bien étayés et la tradition pluriséculaire est alors mise en avant, mais est ce suffisant ?

Prenons quelques exemples, de médicaments traditionnels, de traitement à base de plantes, de plantes, de médicaments traditionnels issus de plantes. Nous verrons qu’entre les différentes familles de médications, les frontières sont floues, intriquées et que la prudence doit primer.

Les « vrais » médicaments listés dans le grand livre rouge (celui de Mao Tsé Toung n’a aucun intérêt dans ce billet, nous parlons ici du célèbre Vidal®) ont pour la plupart été étudiés avant commercialisation et parfois après, avec recueil plus ou moins efficace de pharmacovigilance. Et la plupart de ces traitements ont eu une procédure complexe d’A.M.M. ( Autorisation de Mise sur le Marché, lire ici)

Les exemples récents (le médiator®, les pilules de 3è et 4 è G) ont montré que ce n’était pas la panacée. Mise sur le marché discutable pour le première exemple, mauvaises interprétations des recommandations par les prescripteurs pour le deuxième exemple.

Pour les traitements à base de plantes, même si leur existence ancestrale peut rassurer, la pharmacovigilance est souvent inexistante. Les études sur leurs effets positifs (thérapeutiques) et sur leurs effets négatifs (effets indésirables) sont particulièrement peu nombreuses. Ce n’est pas parce que il n y a pas de notice, ou une liste d’effets indésirables quasi vide, que les risques sont nuls. Certes avec l’absence de notice trop détaillée on évite l’effet « Nocebo » mais est ce acceptable ?

Rappelons que dans nos jardins, le gui, le muguet sont de puissants toxiques, parfois mortels pour nos enfants (le premier mai approche, vigilance). Rappelons nous de Socrate et sa cigüe…

Par ailleurs, la frontière entre ces deux groupes est parfois ténue : nombreux médicaments dits « traditionnels » sont issus de plantes.

La digitale pourpre a donné la digoxine® ,et la digitaline®, aux effets cardiotoniques indéniables. Sa prescription est délicate car la dose thérapeutique est très proche de le dose toxique voire mortelle.

-Le millepertuis de nos jardins, appelée « herbe de la Saint jean » cache derrière ses belles pétales jaunes printanières, de la sérotonine, et agit comme les antidépresseurs « sérotoninergiques », avec les risques semblables de surdosage et d’intoxication. Lire ici la description de la revue indépendante Prescrire.

Certaines plantes médicinales sont connues pour leur effet bénéfique supposé mais parfois les doses proposées sont insuffisantes, exemple le cranberry et les infections urinaires. Efficacité probable, mais surement une efficacité « dose dépendante » : lire ici. Prendre de trop petites doses ne sert probablement à rien. Mais traiter aveuglément une cystite récidivante par des prescriptions itératives d’antibiotiques est tout aussi critiquable.

 Certaines plantes médicinales se révèlent trop tardivement toxiques : En 1992, une centaine de cas d’insuffisances rénales se déclare en Belgique, avec un point commun: la prise d’herbes chinoises…la relation de cause à effet a été décrite dans un article de The Lancet, journal scientifique de référence, par le Pr Vanherweghem, de l’hôpital Erasme, à Bruxelles.

 Un dernier rappel, même l’inoffensif pamplemousse (en apparence) a des interactions parfois dangereuses avec les médicaments, lire ici.

 

Patients, informer votre médecin de votre traitement à base de plantes, et sachez que malgré son grand savoir, il ne pourra garantir sa parfaite innocuité.

Le médecin n’est pas toujours certain de l’innocuité de médicaments traditionnels, il risque d’être encore moins serein avec les thérapeutiques à base de plante.

 Soyons prudents avec les pilules à base de plantes, comme avec tous les autres traitements.

Ce billet est une vision personnelle, qui n’engage que moi.

Dr F Dussauze médecin généraliste 92 1 14562 9

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée.

Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge

2 Commentaires

  • Comme je le dis toujours : Dieu a été dispensé des procédures d’AMM 😉

  • Depuis des temps très anciens, les plantes ont été utilisées par les humains dans le traitement de la maladie. Il est vrai que certaines plantes peuvent être dangereux s’il n’est pas utilisé correctement, mais ils peuvent aider dans le traitement de nombreuses maladies.
    Enterprise SeoPro24 Company

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

RSS Santé au travail en Suisse

  • Médecin du travail en Suisse : missions, activités, formation
    Un médecin du travail est un spécialiste MSST, au sens de l’article 11d de la Loi sur le travail. C’est un spécialiste de la santé et sécurité au travail, qui intervient pour une entreprise qui l’a mandatée, aux côtés des éventuels chargés de sécurité, ingénieurs de sécurité et hygiénistes du travail de l’entreprise. Un médecin […]

RSS Santé au travail en France

  • Comment un médecin peut-il gérer sa réputation numérique ou e-réputation ?
    Jusque dans les années 2000, la réputation d’un médecin mettait des années à se construire…Depuis le développement du web, la poussée des réseaux sociaux tout va très vite. En effet internet démultiplie le pouvoir du bouche-à-oreille, opinions, rumeurs, informations y circulent à grande vitesse. Certains médecins découvrent parfois par hasard qu’ils ont des commentaires à […]

RSS Cancer Contribution

  • La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé
    Suite aux conclusions du Ségur de la santé, le gouvernement a pris la décision de mettre en place 33 mesures pour accélérer la transformation du système de santé. Il est… L’article La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les […]

RSS Doctor 2.0

  • Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber
    Le nouvel Espace du Praticien Connecté, lancé par Edimark et Information Dentaire, contient Livre Blanc, podcast, infographie, articles. Denise Silber, qui anime cet espace, présente le Livre Blanc. Je suis ... Lire la suite The post Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

  • Véhicule autonome : on distingue 5 niveaux d’autonomie
    L’adoption en juin 2020 d’une norme internationale va autoriser la conduite autonome de niveau 3 dès 2021. Actuellement sur la route un conducteur peut conduire un véhicule doté de divers dispositifs d’aide à la conduite : c’est un véhicule avec une autonomie de niveau 2...

RSS Zeblogsanté

  • Covid 19 : Le premier lanceur d’alerte, c’est vous !
    Après ce Covid dévastateur qui a ébranlé nos certitudes, notre regard n’est plus le même. La communauté des hommes, en comptant ses morts, a pu mesurer dans sa chair que sur cette planète ronde, nous étions tous liés par le fil invisible et implacable de la contagiosité. Un monde incertain Le coronavirus se contrefiche desLire […]

RSS Glaucome brèves

  • Maintenir la surveillance des glaucomes graves, même durant l'épidémie Covid-19
    Les maladies glaucomateuses sont, non seulement une grave menace pour la santé visuelle en raison de leur potentiel cécitant, mais également un enjeu majeur de santé publique avec un coût social et budgétaire amplifié par leur fréquence [...] L'impact négatif indirect de la pandémie Covid-19 sur le (...) - Pages publiques

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile