25 novembre 2012
Ludwig Fineltain

Les réseaux socionumériques et la médecine

Les réseaux socionumériques et la médecine
Les réseaux sont un maillage des personnes et des éléments..
Je poserais tout d’abord quelques questions:
1) Quel est le passé et le futur des réseaux numériques?
2) Existe-t-il une nouvelle communication? Les réseaux nous obligent à repenser la communication. Tout le monde veut communiquer pour communiquer mais cela n’a pas beaucoup de sens, ça n’a rien d’exaltant. Il manque un complément d’objet pour dire “communiquer quoi?”
3) Quel est donc l’effet des réseaux numériques sur les liens sociaux?
4) Quel est donc l’impact des réseaux spécialisés sur les médecins?

Notes historiques de 1993 à 2004
Quand je parle des réseaux je pense tout d’abord aux anciens réseaux comme le CSA médical sur minitel que je fréquentais assidûment avant 1995 et puis aux newsgroup et plus tard à Messenger, Facebook, Twitter mais aussi Youtube qui a beaucoup progressé dans ce sens ainsi que les grands réseaux de rencontre comme Meetic.
Bien entendu je pense surtout au réseaux des MMT, mmtplus et mmt-fr. On connaît en Europe de grands réseaux médicaux qui réunissent 60.000 médecins! Mais la richesse d’un réseau ne dépend pas des millions de personnes qui le fréquentent. Le mérite d’un réseau c’est tout d’abord d’exister: un réseau est une promesse d’échanges fructueux.
Certains collègues rêvaient de faire des MMT un très grand pôle de publication médicale sur le Net. Quant à moi depuis 12 ans je trouve notre esprit casanier tout à fait acceptable. Nous ne sommes pas des capitaines d’industrie. Je suis comme ces gens qui ont une petite maison en banlieue: ils la baptisent “ça m’suffit” et ils en sont satisfaits.
En 1993, après les forums médicaux sur minitel en particulier CSA, nous avions les newsgroup de Compuserve, intitulé AMIA’s MEDSIG medical forum, qui accueillait un très large public. En 1994 le Dr Ivan Goldberg à partir de New-York animait des forums remarquables qui s’intitulaient “Interpsych”. C’est ce même Goldberg qui avait inventé le canular d’une pathologie proposé au DSM, le syndrome de la dépendance à Internet. Ce canular a pris forme et lui a échappé! Et c’est ça, la preuve de la force des réseaux. Des newsgroup de médecine sont célèbres comme, fin 1996, “fr.sci.med” et “fr.bio.medecine” qui se sont développés, je crois, à l’instigation de notre ami le Dr Senis. Tous ces premiers systèmes ont été regroupés chez Google.

Les réseaux sont tout autant des objets d’études que des objets d’usage
Les réseaux somme objet d’étude pour le sociologue
L’étude des groupes sociaux est une vieille passion pour les psychosociologues. Moreno en particulier a proposé de savantes études comme le sociogramme et la sociométrie. La sociométrie est un outil qui étudie les structures sociales à la lumière des attractions et des répulsions dans un groupe dont le sociogramme est la représentation graphique. Avec internet évidemment tout ceci a connu une nouvelle vie.
Existe-t-il une novation? Est-ce que le numérique crée une nouvelle société? En fait c’est la demande de lien qui a suscité la création des réseaux numériques et non l’inverse! Avant l’explosion du numérique en l’an 2000 on redoutait un déclin du lien social. Maintenant depuis Internet on parle au contraire d’une nouvelle sociabilité.
On accuse les réseaux d’internet d’affaiblir les liens. En réalité Internet est un accompagnement et non une cause des transformations des relations sociales. L’hypothèse est donc celle-ci: Internet en informatisant les relations a répondu comme par magie à cette profonde aspiration des années 60.
Est-ce qu’une sociabilité à distance modifie la cohésion sociale? Est-ce qu’on devient moins hiérarchisé, plus égalitaire et plus démocratique? C’est possible puisque les révoltes arabes sont manifestement le produit des réseaux! Mais ces nouveaux liens sont en fait des “liens faibles”. Sur Facebook on compte le nombre des amis qui en fait ce ne sont pas de vrais amis. Il manque entre eux le lien contractuel des amitiés réelles -j’allais dire de jadis-. Il ne s’agit donc pas vraiment de liens forts mais on observe tout de même que “l’empan relationnel des gens” est accru. Les liens s’étendent à de nouveaux domaines de l’existence. En tous cas ce qui est certain c’est que désormais le grand nombre, la foule bref les peuples sont sur les réseaux.
A la foule des réseauteurs disons tout d’abord qu’il existe de bonnes règles des groupes. Par exemple la règle des 150 ou nombre de Dunbar. C’est la bonne taille d’un réseau social. Au-dessus c’est «too much». Rappelons-nous que les psychologues de la dynamique de groupe considèrent que le chiffre 3 ou 4 désigne déjà un “groupe restreint”.
Les rapports entre le virtuel et le réel
Nous aurions tort de considérer que le virtuel est inférieur au réel. Un sociologue de la “postmodernité”, Maffesoli, nous parle de nomadisme. Il dit que dans la révolution numérique encourage le nomadisme: on a des identités multiples, on crtée de nouvelles tribus et surtout on mélange, dans un véritable méli-mélo, le banal et le savant comme on peut voir dans Google, dans Yahoo et dans Baidu (créé en 2000 par Li Yanhong et dont le moteur est écrit en mandarin et non en chinois simplifié pinyin). Ce qui m’a toujours troublé c’est justement le méli-mélo de Google. Désormais le bon référencement est plus costaud que la bonne pertinence!
Le réseau oblige à poser la question du réel et du virtuel.
Le virtuel n’est pas inférieur au réel. Je suis assez souvent critique à l’encontre de Meetic. Cela provient de nos traditions cartésiennes, médicales et scientifiques. L’image nous paraît moins convenable que le réel. On a tort. Depuis que de petits penseurs comme Alain Badiou accusent les sites de rencontres comme Meetic d’avoir une conception utilitariste de l’amour je me suis mis à réfléchir à cette question. Des penseurs plus sérieux estiment que les réseaux ressemblent à un voyage, à un nouvel espace. De ce fait ces réseaux ne sont pas uniquement des exploiteurs de nos désirs mais au contraire ils augmentent notre vécu. Bref ils sont aussi des espaces de rêve.

Les réseaux comme outils de communication
Les grands réseaux apparaissant doncv en 1995 et se répandent dans l’univers après 2004. Des techniques, comme le flux de syndication RSS et puis le Web 2.0, qui avait tant enthousiasmé Dupagne, ont enrichi les réseaux. Dupagne croit que les plateformes de réseaux sociaux sont la source d’une intelligence collective. J’ai des doutes! Ces collègues promoteurs du W2 ou Web communautaire et du W3 ont assez souvent une grande allergie à la hiérarchie. Je dois dire que c’est une allergie qui ne m’atteint pas!
Le Web 3.0 sera, si j’ai bien compris, un réseau sémantique. Le réseau de données interconnectées sera au centre d’une intelligence collective. Et alors ça favorisera la découverte fortuite ou mieux encore “la bizarrerie de la providence”. La magie de la chose c’est qu’on va chercher une aiguille dans une botte de foin pour en ressortir avec la fille du fermier. On pourra donc éclairer nos dossiers médicaux et répondre aux questions autrement ou plus vite que Medline.
Je veux répondre à ceux qui pensent que le forum va remplacer le savoir médical. Pour ma part je crois que le médecin trouve d’immenses richesses dans les réseaux mais que l’intelligence collective est un mirage.

Conclusion
1) Les avantages des réseaux numériques
On dit que 77% des français sont inscrits sur un réseau et 60% s’y connectent tous les jours. Chez les profanes les réseaux modifient l’allure des tribus. En médecine les avantages des réseaux sont si considérables que je n’en ferai pas la liste détaillée.
2) Les risques des réseaux existent de façon incontestable
Chez les jeunes. L’anonymat tapi derrière l’écran produit une désinhibition. La posture du “ni vu ni connu” démultiplie les envies d’interventions avec de grands dérapages.
J’ai aussi observé une psychopathologie des réseaux. La désinhibition et le lointain font dire des conneries, suscitent des dérapages et des rumeurs. Un de mes collègues très connu a vu sa clientèle détruite pendant 5 ans à cause de rumeurs démultipliées dans les réseaux. J’ai dû l’aider à fabriquer une digue anti-rumeur.
Les dieux de l’Olympe sont durs aux réseauteurs. Jupiter rend d’abord fous ceux qu’il veut perdre (Quos vult perdere jupiter dementat prius). J’ai vu l’émergence de décompensations psychiatriques du style «bouffée délirante» s’exprimant sur les réseaux voire déclenchés par eux. J’ai vu la multiplication des interprétations paranoïaques dont l’exemple de Thierry Meyssan et du Réseau Voltaire sont les plus célèbres en estimant qu’il n’y aurait pas eu de 11 septembre! Il ne suffisait pas d’être un génie du raisonnement complotiste il fallait encore une machine réseau pour épauler et diffuser cette posture.
Comment conclure?
Comme ceci: depuis 25 ans le numérique et ses avatars ont dessiné le chiffre de nos jours.

Dr Ludwig Fineltain
Neuropsychiatre
Psychanalyste
******************
“Bulletin de Psychiatrie”

fineltainl@yahoo.fr
directeur@bulletindepsychiatrie.com
__

__._,___

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

RSS Santé au travail en Suisse

  • Médecin du travail en Suisse : missions, activités, formation
    Un médecin du travail est un spécialiste MSST, au sens de l’article 11d de la Loi sur le travail. C’est un spécialiste de la santé et sécurité au travail, qui intervient pour une entreprise qui l’a mandatée, aux côtés des éventuels chargés de sécurité, ingénieurs de sécurité et hygiénistes du travail de l’entreprise. Un médecin […]

RSS Santé au travail en France

  • Comment un médecin peut-il gérer sa réputation numérique ou e-réputation ?
    Jusque dans les années 2000, la réputation d’un médecin mettait des années à se construire…Depuis le développement du web, la poussée des réseaux sociaux tout va très vite. En effet internet démultiplie le pouvoir du bouche-à-oreille, opinions, rumeurs, informations y circulent à grande vitesse. Certains médecins découvrent parfois par hasard qu’ils ont des commentaires à […]

RSS Cancer Contribution

  • La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé
    Suite aux conclusions du Ségur de la santé, le gouvernement a pris la décision de mettre en place 33 mesures pour accélérer la transformation du système de santé. Il est… L’article La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les […]

RSS Doctor 2.0

  • Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber
    Le nouvel Espace du Praticien Connecté, lancé par Edimark et Information Dentaire, contient Livre Blanc, podcast, infographie, articles. Denise Silber, qui anime cet espace, présente le Livre Blanc. Je suis ... Lire la suite The post Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

  • Véhicule autonome : on distingue 5 niveaux d’autonomie
    L’adoption en juin 2020 d’une norme internationale va autoriser la conduite autonome de niveau 3 dès 2021. Actuellement sur la route un conducteur peut conduire un véhicule doté de divers dispositifs d’aide à la conduite : c’est un véhicule avec une autonomie de niveau 2...

RSS Zeblogsanté

  • Covid 19 : Le premier lanceur d’alerte, c’est vous !
    Après ce Covid dévastateur qui a ébranlé nos certitudes, notre regard n’est plus le même. La communauté des hommes, en comptant ses morts, a pu mesurer dans sa chair que sur cette planète ronde, nous étions tous liés par le fil invisible et implacable de la contagiosité. Un monde incertain Le coronavirus se contrefiche desLire […]

RSS Glaucome brèves

  • Maintenir la surveillance des glaucomes graves, même durant l'épidémie Covid-19
    Les maladies glaucomateuses sont, non seulement une grave menace pour la santé visuelle en raison de leur potentiel cécitant, mais également un enjeu majeur de santé publique avec un coût social et budgétaire amplifié par leur fréquence [...] L'impact négatif indirect de la pandémie Covid-19 sur le (...) - Pages publiques

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile