29 avril 2012
Jean Gabriel Jeannot

Google, moteur de recherche médical ?

Comment utiliser Google en médecine ?

Même si nous manquons encore d’études qui le prouve vraiment, nous sommes convaincus que Google est un moteur qui peut être utilisé en médecine, y compris par les professionnels de la santé.

When used properly, the internet empowers both patient and doctors and may improve the quality of care

Tang H, NG JH. Use of Google as a diagnostic aid: Authors’ reply to response. BMJ 2006 333: 1270

Bien que Google ne soit a priori pas un moteur de recherche médicale, les médecins et les patients l’utilisent en permanence pour leurs recherches sur les maladies et la santé (1).

Quelles sont les possibilités et les limites de Google en médecine ? Une tentative de réponse…

D’abord, il n’y a pas un seul Google mais des Google: Google, Google Scholar, Google Images, etc. Chacune de ces versions a ses spécificités, ses utilités.

Google, moteur de recherche médical ?

Les études qui ont comparé l’utilité clinique des différentes sources d’informations disponibles sur Internet sont rares (2). A notre connaissance, il n’existe même aucune étude qui ait pour des questions cliniques comparé Google à d’autres sources d’informations disponibles sur Internet.

Une recherche sur PubMed avec le terme « Google » aboutit pourtant à plus de 2200 références. Mais la majorité de ces 2200 articles sont en réalité des travaux pour lesquels Google a été utilisé comme outil de recherche bibliographique. Dans ce sens, on peut déjà dire que Google et Google Scholar sont utiles en médecine puisqu’utilisés comme outils de recherche de littérature médicale.

Seule une minorité des ces publications ont étudiés l’utilisation de Google dans une situation clinique.

  • L’article “…. And a diagnostic test was performed ” (4) paru dans le New England Journal of Medicine présente le cas d’un jeune médecin diagnostiquant une maladie rare après avoir simplement introduit les symptômes de son patient dans Google. Google serait donc utile en médecine pour les questions très précises.
  • L’étude “Googling for a diagnosis” parue dans le British Medical Journal (5). Pour les auteurs de l’étude, Google est surtout un outil qui aide le médecin à formuler un diagnostic différentiel. Dans l’article publié en réponse aux critiques parues à la suite de leur étude (6), les auteurs rappellent que la plupart des questions cliniques trouvent leur réponse dans PubMed, la librairie Cochrane, les journaux médicaux ou UpToDate mais qu’il serait faux à leur avis de ne pas utiliser le web si les sources d’informations traditionnelles n’apportent aucune réponse.

Nous sommes dans une situation apparemment paradoxale : Google est utilisé quotidiennement par les patients et par les professionnels de la santé à travers la planète et pourtant aucune étude ne prouve son utilité. Les travaux actuellement disponibles sont à notre avis réducteurs. Il est vrai que l’étude de l’utilité de Google n’est pas simple, en particulier en raison de son contenu extrêmement hétérogène.

Il parait cependant assez évident que Google n’est pas qu’un outil utile pour les maladies rares et les diagnostics différentiels. Il ne faut par exemple pas oublier que le médecin ne se pose pas que des questions médicales complexes. Pour les recherches simples, Google est certainement aussi un moteur utile. Vous ne vous souvenez plus des critères diagnostiques de l’hémochromatose ? Introduisez simplement « diagnosis » et «hemochromatosis » dans Google, vous obtiendrez le résultat en une seconde (au moment de rédiger ces lignes, la réponse se trouve dans le 2ème lien à l’adresse www.emedicine.com).

Google est gratuit et facile à utiliser. Le moteur de Mountain View a cependant un certain nombre de limites. Il y a bien évidemment le problème de la qualité et de l’utilité des informations retrouvées. Une requête aboutit souvent à un très grand nombre de réponses, de qualité variée. Les résultats utiles risquent d’être perdus au milieu d’informations inadéquates. Une autre limite de Google est qu’il ne donne accès qu’au « web visible ». Certaines informations ne sont jamais retrouvées par Google car le moteur ne les voit pas, c’est le web invisible : contenu protégé par les éditeurs ou contenu de bases de données (une limite que Google Scholar et Google Print tentent de dépasser).

Même si nous manquons encore d’études qui le prouve vraiment, nous sommes convaincus que Google est un moteur qui peut être utilisé en médecine, y compris par les professionnels de la santé.

 

Comment utiliser Google en médecine ?

Google peut et doit être utilisé en médecine. Pour des questions précises, pour des questions basiques et pour de nombreuses autres…

La simple recommandation que l’on peut faire pour les recherches médicales avec Google est la suivante :utilisez plusieurs mots-clés médicaux précis. «Plusieurs» pour limiter le nombre de résultats, «médicaux» pour retrouver des informations de qualité, «précises» pour que les résultats correspondent vraiment à vos besoins.

Le choix des mots-clés est essentiel. L’utilisation de termes médicaux peut paraître une évidence, mais l’utilisation du terme «impuissance» vous amènera sur des sites destinés au grand public, le terme «dysfonction érectile» sur des sites destinés aux professionnels de la santé.

Les résultats obtenus seront plus utiles si l’internaute maîtrise les stratégies de recherche avancée de Google. La simplicité d’utilisation de la recherche de base de Google peut représenter un danger. A cause de cette simplicité, les internautes ne font pas l’effort d’acquérir les connaissances qui leurs permettraient d’utiliser des stratégies de recherche avancée. Ils risquent ainsi de ne pas retrouver des informations pourtant disponibles.

Pour devenir un expert Google, consultez en français le Centre d’aide sur le site de Google ou en anglais l’excellent Google Guide.

Le médecin qui utilise Internet pour des questions cliniques ne doit pas se limiter à Google, il doit également maîtriser d’autres sources d’information.Il est indispensable de savoir quand utiliser et quand ne pas utiliser Google. Le médecin a parfois besoin d’un document de référence qu’il ne trouvera que dans un textbook ou d’un document de synthèse qu’il ne trouvera que dans une base comme UpToDate.

1. Hawkes N. More people consult Google over health. Times online. The Times. June 06, 2005. [Accès gratuit].
2. Alper BS, Stevermer JJ, White DS, Ewigman BG. Answering family physicians’ clinical questions using electronic databases. J Fam Pract 2001;50(11): 960-5.[PubMed].
3. Henderson J. Google Scholar: A source for clinicians ? CMAJ 2005;172(12):1549-50. [Accès gratuit].
4. Greenwald R…. And a diagnostic test was performed. N Engl J Med 2005;353: 2089-90.[PubMed].
5. Tang H, Ng JH. Googling for a diagnosis— use of Google as a diagnostic aid: internet based study. BMJ 2006;333:1143-1145 [Accès gratuit].
6. Tang H, NG JH. Use of Google as a diagnostic aid: Authors’ reply to response. BMJ 2006 333: 1270
7. Ripple AS. Expert googling: best practices. Med Ref Serv Q 2006,25(2): 97-107.[PubMed].


2 Commentaires

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

RSS Santé au travail en Suisse

  • Médecin du travail en Suisse : missions, activités, formation
    Un médecin du travail est un spécialiste MSST, au sens de l’article 11d de la Loi sur le travail. C’est un spécialiste de la santé et sécurité au travail, qui intervient pour une entreprise qui l’a mandatée, aux côtés des éventuels chargés de sécurité, ingénieurs de sécurité et hygiénistes du travail de l’entreprise. Un médecin […]

RSS Santé au travail en France

  • Comment un médecin peut-il gérer sa réputation numérique ou e-réputation ?
    Jusque dans les années 2000, la réputation d’un médecin mettait des années à se construire…Depuis le développement du web, la poussée des réseaux sociaux tout va très vite. En effet internet démultiplie le pouvoir du bouche-à-oreille, opinions, rumeurs, informations y circulent à grande vitesse. Certains médecins découvrent parfois par hasard qu’ils ont des commentaires à […]

RSS Cancer Contribution

  • La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé
    Suite aux conclusions du Ségur de la santé, le gouvernement a pris la décision de mettre en place 33 mesures pour accélérer la transformation du système de santé. Il est… L’article La démocratie en santé renforcée par les mesures du Ségur de la Santé est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les […]

RSS Doctor 2.0

  • Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber
    Le nouvel Espace du Praticien Connecté, lancé par Edimark et Information Dentaire, contient Livre Blanc, podcast, infographie, articles. Denise Silber, qui anime cet espace, présente le Livre Blanc. Je suis ... Lire la suite The post Nouveau : L'Espace du Praticien Connecté, animé par Denise Silber appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

  • Véhicule autonome : on distingue 5 niveaux d’autonomie
    L’adoption en juin 2020 d’une norme internationale va autoriser la conduite autonome de niveau 3 dès 2021. Actuellement sur la route un conducteur peut conduire un véhicule doté de divers dispositifs d’aide à la conduite : c’est un véhicule avec une autonomie de niveau 2...

RSS Zeblogsanté

  • Covid 19 : Le premier lanceur d’alerte, c’est vous !
    Après ce Covid dévastateur qui a ébranlé nos certitudes, notre regard n’est plus le même. La communauté des hommes, en comptant ses morts, a pu mesurer dans sa chair que sur cette planète ronde, nous étions tous liés par le fil invisible et implacable de la contagiosité. Un monde incertain Le coronavirus se contrefiche desLire […]

RSS Glaucome brèves

  • Maintenir la surveillance des glaucomes graves, même durant l'épidémie Covid-19
    Les maladies glaucomateuses sont, non seulement une grave menace pour la santé visuelle en raison de leur potentiel cécitant, mais également un enjeu majeur de santé publique avec un coût social et budgétaire amplifié par leur fréquence [...] L'impact négatif indirect de la pandémie Covid-19 sur le (...) - Pages publiques

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile