Se traiter par les plantes, moins dangereux ?

 

« Vrais » médicaments versus traitements à base de plante ? Quelle différence ? Sujet à controverses.

 Dans les deux cas l’objectif est le même : soigner, soulager, prévenir ou guérir…

Ne soyons pas candides, dans les deux cas il y a aussi des enjeux économiques à différents niveaux (pré production, production, distribution, prescription)

 Mais il y a beaucoup de différences. Citons les principales :

  1. -les conditions de mises sur le marché.
  2. -le recueil scientifique des effets positifs, thérapeutiques.
  3. -la qualité scientifique de l’étude des effets secondaires/tolérance ou des effets indésirables et des interactions médicamenteuses.

 

 Pour les médicaments traditionnels, les conditions sont administrativement (et probablement scientifiquement) plus rigoureuses.

Cependant la participation des investissements lourds, notamment pré-cliniques, pourraient potentiellement « assouplir » certains seuils décisionnels et altérer la qualité de l’étude sur ces trois postes. Il est trop tôt pour conclure sur les procédures en cours sur certains médicaments. De même certains scientifiques ont parfois fraudé (lire ici).

On peut estimer que ces dérapages concernent une portion infime de la pharmacopée, des études scientifiques et des laboratoires, notamment grâce à la mondialisation. Les informations diffusent plus vite, plus largement, et les critiques et corrections aussi.

Les dangers et l’ efficacité sont en principe bien identifiés et la loi veille mais est-ce suffisant ?

 

Pour les traitements à base de plantes médicinales, l’absence d’études est majoritaire, ou des études tronquées, les dangers et l’ efficacité sont surement moins bien étayés et la tradition pluriséculaire est alors mise en avant, mais est ce suffisant ?

Prenons quelques exemples, de médicaments traditionnels, de traitement à base de plantes, de plantes, de médicaments traditionnels issus de plantes. Nous verrons qu’entre les différentes familles de médications, les frontières sont floues, intriquées et que la prudence doit primer.

Les « vrais » médicaments listés dans le grand livre rouge (celui de Mao Tsé Toung n’a aucun intérêt dans ce billet, nous parlons ici du célèbre Vidal®) ont pour la plupart été étudiés avant commercialisation et parfois après, avec recueil plus ou moins efficace de pharmacovigilance. Et la plupart de ces traitements ont eu une procédure complexe d’A.M.M. ( Autorisation de Mise sur le Marché, lire ici)

Les exemples récents (le médiator®, les pilules de 3è et 4 è G) ont montré que ce n’était pas la panacée. Mise sur le marché discutable pour le première exemple, mauvaises interprétations des recommandations par les prescripteurs pour le deuxième exemple.

Pour les traitements à base de plantes, même si leur existence ancestrale peut rassurer, la pharmacovigilance est souvent inexistante. Les études sur leurs effets positifs (thérapeutiques) et sur leurs effets négatifs (effets indésirables) sont particulièrement peu nombreuses. Ce n’est pas parce que il n y a pas de notice, ou une liste d’effets indésirables quasi vide, que les risques sont nuls. Certes avec l’absence de notice trop détaillée on évite l’effet « Nocebo » mais est ce acceptable ?

Rappelons que dans nos jardins, le gui, le muguet sont de puissants toxiques, parfois mortels pour nos enfants (le premier mai approche, vigilance). Rappelons nous de Socrate et sa cigüe…

Par ailleurs, la frontière entre ces deux groupes est parfois ténue : nombreux médicaments dits « traditionnels » sont issus de plantes.

La digitale pourpre a donné la digoxine® ,et la digitaline®, aux effets cardiotoniques indéniables. Sa prescription est délicate car la dose thérapeutique est très proche de le dose toxique voire mortelle.

-Le millepertuis de nos jardins, appelée « herbe de la Saint jean » cache derrière ses belles pétales jaunes printanières, de la sérotonine, et agit comme les antidépresseurs « sérotoninergiques », avec les risques semblables de surdosage et d’intoxication. Lire ici la description de la revue indépendante Prescrire.

Certaines plantes médicinales sont connues pour leur effet bénéfique supposé mais parfois les doses proposées sont insuffisantes, exemple le cranberry et les infections urinaires. Efficacité probable, mais surement une efficacité « dose dépendante » : lire ici. Prendre de trop petites doses ne sert probablement à rien. Mais traiter aveuglément une cystite récidivante par des prescriptions itératives d’antibiotiques est tout aussi critiquable.

 Certaines plantes médicinales se révèlent trop tardivement toxiques : En 1992, une centaine de cas d’insuffisances rénales se déclare en Belgique, avec un point commun: la prise d’herbes chinoises…la relation de cause à effet a été décrite dans un article de The Lancet, journal scientifique de référence, par le Pr Vanherweghem, de l’hôpital Erasme, à Bruxelles.

 Un dernier rappel, même l’inoffensif pamplemousse (en apparence) a des interactions parfois dangereuses avec les médicaments, lire ici.

 

Patients, informer votre médecin de votre traitement à base de plantes, et sachez que malgré son grand savoir, il ne pourra garantir sa parfaite innocuité.

Le médecin n’est pas toujours certain de l’innocuité de médicaments traditionnels, il risque d’être encore moins serein avec les thérapeutiques à base de plante.

 Soyons prudents avec les pilules à base de plantes, comme avec tous les autres traitements.

Ce billet est une vision personnelle, qui n’engage que moi.

Dr F Dussauze médecin généraliste 92 1 14562 9

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée.

Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge

2 Commentaires

  • Comme je le dis toujours : Dieu a été dispensé des procédures d’AMM 😉

  • Depuis des temps très anciens, les plantes ont été utilisées par les humains dans le traitement de la maladie. Il est vrai que certaines plantes peuvent être dangereux s’il n’est pas utilisé correctement, mais ils peuvent aider dans le traitement de nombreuses maladies.
    Enterprise SeoPro24 Company

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Santé au travail en Suisse

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

  • Qui sont donc les HOMEOPATHES ? (6: homéopathie = économies de dépenses de santé?)
    VI- L’homéopathie  fait-elle faire des économies de santé ? Sixième chapitre du post consacré aux homéopathes L’argument des économies de santé est  un argument très utilisé pour défendre le remboursement de l’homéopathie par la sécurité sociale. Plusieurs arguments non scientifiques sont mis en avant pour expliciter des économies liées aux médicaments homéopathiques : Les médicaments homéopathiques remboursables se […]

RSS Cancer Rose

  • Généralités sur les examens de santé systématiques
    La multiplication des bilans de santé systématiques : utiles ou délétères ?   Par Dr C.Bour, à propos de deux publications. 19 mars 2019     La revue de la Collaboration Cochrane https://www.cochrane.org/fr/CD009009/les-bilans-de-sante-generaux-pour-la-reduction-de-la-mortalite-et-des-maladies   En janvier 2019, la Collaboration Cochrane, collectif de chercheurs nordiques auteurs de l’importante méta-analyse sur le dépistage du cancer du sein […]

RSS Blog : je suis malade.org

  • Michel Georget nous a quittés
    “Nous venons d’apprendre avec une grande tristesse le décès de notre ami Michel Georget, un grand homme, scientifique rigoureux et exigeant, dont les ouvrages “Vaccinations: les vérités indésirables” et “L’apport des vaccinations à la santé publique: la réalité derrière le mythe” ont donné des clefs de compréhension à des milliers de lecteurs, y compris bien […]

RSS Santé au travail en France

  • Organismes accrédités pour le dosage de plombémie chez les salariés exposés au plomb
    Tout laboratoire d’analyses de biologie médicale qui souhaite procéder à des dosages de plombémie chez des travailleurs exposés au plomb doit être accrédité par le COFRAC,Comité Français d’Accréditation ( par le passé on parlait d’organisme agréé et non d’organisme accrédité). Le Code du travail considère la surveillance biologique de l’exposition comme un des moyens de […]

RSS Cancer Contribution

  • Tous vulnérables
    La maladie entraîne des frais additionnels liés à des préoccupations de tous les jours. Face à ces situations, tous les salariés, employés ou cadres, quel que soit le niveau de… L’article Tous vulnérables est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les pratiques de demain.

RSS Doctor 2.0

  • Sans titre
    Organisé par Franck Le Meur, fondateur de Techtomed et Pierre Sanchez, directeur-général de Pharmaceutiques, Pharma HealthTech est l’événement incontournable pour les acteurs et partenaires de l’industrie pharmaceutique. C’est pourquoi Doctors ... Lire la suite The post appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • "Quittez les réseaux sociaux !" dit un des fondateurs de Facebook
    "Les réseaux sociaux nous exploitent, sont addictifs, et menacent notre confidentialité. Et ses créateurs le savaient dès le départ." Ecoutez 5 minutes de l'un des co-fondateurs de Facebook, Chamath Palihapitiya, lors d'une visite à Stanford en décembre, 2017, bien avant...

RSS Visites médicales du permis de conduire

RSS Opinions médicales

  • Les chaussures qui brûlent la peau, le fumarate de diméthyle et l'Inde
    Les médecins sur Twitter sont toujours actifs, souvent passionnés et parfois passionnants. La liste des médecins francophones répertoriés par @MediTwitt compte à présent 726 membres. L'intérêt de cette réflexion d'actualité de @qffwffq saura peut-être vous convaincre de participer au réseau social. Par ordre de citation : Allodocteurs.fr - Un fongicide dans ses chaussures lui brûle […]

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile