Des objets connectés dans le domaine de la santé : explosion de la santé digitale…

.
Nous sommes parvenus à l’ère du web 3.0, l’internet des choses, des objets connectés puisque nous pouvons désormais tout connecter à internet ; Nous avons seulement quelques années de recul vis-à-vis de ces objets connectés, mais Il y aurait déjà actuellement 20 millions d’objets internet, dont 50 000 objets connectés en langue française. Certains de ces objets ne sont que des gadgets mais d’autres semblent très prometteurs pour améliorer la prise en charge de plusieurs problèmes de santé publique. Tous ces objets équipés d’une puce ou d’un capteur sont reliés à internet et génèrent ainsi beaucoup de données que l’on désigne par big data pour lequel se développe tout un écosystème. Le big data correspond à l’augmentation exponentielle du volume des données d’un système d’information. Ces données vont pouvoir être utilisées massivement et constituent une formidable ressource pour la recherche mais certains s’inquiètent de leur utilisation …
Big data

 

Quel est l’intérêt des objets connectés dans le domaine de la santé ?
Exemples d’objets connectés
Avis du Conseil national de l’Ordre à propos des objets connectés 
Quel est le statut des données collectées par les objets  connectées ? 

 

Quel est l’intérêt des objets connectés dans le domaine de la santé ? 

Un objet connecté permet de mesurer ses propres paramètres, ses propres constantes, que l’on nomme  » quantified self  » : prise de poids, tension artérielle, activité physique, temps et qualité du sommeil, glycémie, performance sportive, etc L’objet doté d’une puce ou d’un capteur est relié à internet et l’usager a accès aux résultats de ses propres paramètres qu’il peut choisir de partager avec son médecin, des membres de son entourage ou d’autres personnes de son choix.

L’utilisation d’objet connecté réalise une auto-mesure de soi et permet donc de mieux se connaître, de devenir acteur de sa santé. On a observé qu’une personne dotée d’un objet connecté qui compte ses pas marche davantage, environ 2 000 pas supplémentaire…( l’OMS recommande de faire 10 000 pas par jour )
Les objets connectés produits aux Etats-Unis sont plutôt orientés sur la forme physique, le bien-être, la santé au sens large, alors qu’en Europe, les objets sont davantage orientés sur le suivi d’une maladie précise (diabète, HTA, etc)

Ces objets semblent prometteurs pour améliorer par exemple la prise en charge du diabète, de l’obésité, véritable problème de santé public auxquels sont confrontés tous les systèmes de santé.

Par ailleurs la population mondiale évolue, elle résulte de l’augmentation de l’espérance de vie : le nombre de personnes âgées va dépasser celui des personnes jeunes, de nombreuses pathologies liées à la vieillesse devront être prises en charge et ces objets connectés pourraient participer à leur prise en charge…

 

Exemples d’objets connectés

 Divers dispositifs permettent d’enregistrer les mouvements du corps grâce à un bracelet, fixé autour du poignet : l’utilisateur peut se fixer un objectif le matin et constater en fin de journée s’il est ou non en accord avec cet objectif. Le dispositif lui envoie une alerte s’il ne bouge pas assez…
Des montres traqueur d’activité bluetooth permettent également de suivre l’activité physique quotidienne, compter le nombre de pas, les kms parcourus, le nombre de calories brûlées, enregistrer le sommeil, etc

Plusieurs modèles de tensiomètre connectés sont disponibles et permettent au patient de partager ses données de tension artérielle avec son médecin traitant.
Des lentilles connectées, dotées d’un capteur, qui mesurent le taux de sucre dans les larmes du patient diabétique seront bientôt sur le marché.

Il est difficile de modifier ses habitudes dans le domaine du sport, de l’alimentation,  parce que les mauvaises habitudes, les automatismes psychologiques sont bien ancrés. Les objets connectés qui permettent de réaliser des auto-mesures permettent de constater les effets positifs des micro décisions, qui sont elles-mêmes suivies de  micro gratifications …
Plus on se mesure, plus on fait attention…

Avis du Conseil national de l’Ordre à propos des objets connectés 

Jacques Lucas, Vice-Président du Conseil national de l’Ordre des médecins a donné son avis à l’occasion de la conférence Doctors 2.0 and You en juin 2014. 
Il souligne qu’il faut s’interroger sur le bénéfice qu’apporte un objet connecté. Acheter un objet connecté ne signifie pas nécessairement que l’acheteur l’utilise, c’est à l’usage que l’on voit si l’objet en question est bénéfique.
Ces objets connectés sont désormais reliés à internet mais certains de ces objets existent depuis bien longtemps pour mesurer la tension artérielle par exemple, le patient éditait ensuite les résultats pour son médecin.

 L’application ou l’objet doit été évalué mais on ne parle pas de labellisation ou certification car cela demanderait trop de temps. Cette évaluation doit être portée à la connaissance de l’usager. Une application ou un objet connecté devrait pouvoir être recommandé par le médecin ou prescrit. La question de la prise en charge financière par l’assurance maladie va devoir être posée pour les objets qui apportent un réel bénéfice en prévention ou en suivi.

 

Quel est le statut des données collectées par les objets  connectées ? 

Les objets connectés permettent de collecter beaucoup de données : le big data.
Toutes ces données collectées n’ont à ce jour aucun statut  : on suppose que ces données qui représentent indirectement la personne lui appartiennent…
Ces données sont hébergées sur des Clouds sécurisés, seul l’individu a théoriquement accès à ses propres données…Mais l’analyse de l’ensemble des données anonymisées sera une formidable source d’information pour mieux connaître une population.

Aux Etat-Unis,  des américains acceptent dans le cadre d’une étude que l’on accède ponctuellement à leurs données personnelles (ils adressent par exemple leur valeur de tension artérielle quotidiennement).
Des entreprises mettent des plateformes  telle que Keas à disposition de leurs salariés afin qu’ils puissent suivre leurs données .

 

Le marché a effectivement été envahi par de nombreux objets connectés, certains sont des gadgets qui ont altéré l’image véhiculée par ces objets, certains médecins considèrent que tous ces objets sont des gadgets… Une émission télévisée a récemment fait le procès de ces objets connectés, a pointé l’absence d’antivirus et  l’incertitude qui règne quant à la protection des données recueillies : les fabricants doivent être en mesure d’apporter des garanties aux utilisateurs sur ces questions. Les médecins devront prendre part largement à la création de nouveaux objets connectés utiles pour la prise en charge de certaines pathologies et à l’exploitation du big data ( données générées par tous ces objets), etc

 

Vous pouvez lire également les articles suivants :

 

 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Santé au travail en Suisse

  • Burn out : des biomarqueurs très prometteurs
    Le burn out n’est pas reconnue comme une maladie ( il ne figure ni dans la CIM10, classification internationale des maladies, ni dans la classification psychiatrique internationale DSM V), son diagnostic n’est donc pas toujours facile. Depuis plus de 10 ans la recherche est en cours afin de trouver des biomarqueurs de burn out, elle […]

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

  • Mr Macron, je vous soumets MON idée pour résoudre la crise des gilets jaunes…
    Je suis perplexe face au mouvement des gilets jaunes, et je ne crois pas être la seule. Depuis 3 semaines, il se passe quelque chose en France. Soudain, l’expression des émotions est non seulement possible mais relayée. Il n’y a qu’à mettre une surveste jaune et descendre dans la rue. Les médias se délectent de […]

RSS Cancer Rose

  • De la classification ACR mammographique
    Par Dr Bour Cécile, 11 novembre 2018 Témoignage de la radiologue…. J’ai été alertée par des confrères médecins généralistes s’interrogeant à juste titre sur la classification ACR dans les conclusions de nos compte-rendu de mammographies, et qui avaient tendance à faire le parallèle entre ce barème et la gravité ou le mauvais pronostic qu’il y […]

RSS Blog : je suis malade.org

  • Artemisia annua, artémisinine et paludisme
    Il paraît que l’artémisinine, alcaloïde de l’artemisia annua (Qinghao) guérit le paludisme. La Qinghao est connue depuis 168 ans avant JC.Dans les années 1950, la tisane de qinghao était utilisée pour combattre les épidémies de malaria dans certaines régions de Chine, mais elle ne faisait l’objet d’aucune recherche scientifique.Jusqu’à maintenant le paludisme était guéri avec l’arsenic […]

RSS Santé au travail en France

  • Prise en charge initiale d’un traumatisme crânien
    En France on recense environ 200 000 traumatismes crâniens chaque année. Leur incidence augmente avec l’âge : en effet un traumatisme crânien, TC, résulte parfois d’une banale chute de sa hauteur chez un vieillard. Or le cerveau est un organe noble et tout traumatisme peut être lourd de conséquences. La prise en charge précoce est déterminante […]

RSS Cancer Contribution

  • Tous vulnérables
    La maladie entraîne des frais additionnels liés à des préoccupations de tous les jours. Face à ces situations, tous les salariés, employés ou cadres, quel que soit le niveau de… L’article Tous vulnérables est apparu en premier sur Cancer Contribution : construire ensemble les pratiques de demain.

RSS Doctor 2.0

  • Pharmacovigilance : point sur la déclaration des effets indésirables avec EveDrug
    La déclaration des effets indésirables contribuent indéniablement à l’amélioration de la qualité des soins. Or elle ne peut bien se faire qu’avec la contribution et des patients et des professionnels ... Lire la suite The post Pharmacovigilance : point sur la déclaration des effets indésirables avec EveDrug appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • "Quittez les réseaux sociaux !" dit un des fondateurs de Facebook
    "Les réseaux sociaux nous exploitent, sont addictifs, et menacent notre confidentialité. Et ses créateurs le savaient dès le départ." Ecoutez 5 minutes de l'un des co-fondateurs de Facebook, Chamath Palihapitiya, lors d'une visite à Stanford en décembre, 2017, bien avant...

RSS Visites médicales du permis de conduire

RSS Zeblogsanté

  • L’intelligence artificielle MEDVIR aurait-elle pu sauver Naomi ?
    L‘histoire tragique de Naomi Musenga a secoué la France et le monde des Urgences. Les faits sont encore incertains. Mais on peut se demander si cela n’aurait pas pu être évité. Des faits encore incertains 29 Décembre 2017, 11h du matin, Naomi Musenga, 22 ans, appelle les pompiers de Strasbourg pour une douleur abdominale trèsLire […]

RSS Opinions médicales

  • Les chaussures qui brûlent la peau, le fumarate de diméthyle et l'Inde
    Les médecins sur Twitter sont toujours actifs, souvent passionnés et parfois passionnants. La liste des médecins francophones répertoriés par @MediTwitt compte à présent 726 membres. L'intérêt de cette réflexion d'actualité de @qffwffq saura peut-être vous convaincre de participer au réseau social. Par ordre de citation : Allodocteurs.fr - Un fongicide dans ses chaussures lui brûle […]

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile