2 janvier 2019

A propos de l’homéothérapie

De nombreux confrères m’ont demandé de présenter l’homéopathie que je préfère appeler l’homéothérapie tant le terme « homéopathie » soulève des réflexes négatifs. Cette demande traduit de votre part, en tout cas je le suppose, une volonté de connaître ce mode de pensée thérapeutique tant critiqué. Dr Alain JOSEPH

Critiques à l’encontre de l’homéopathie


Les critiques sont toujours les mêmes:
a) Il n’y a plus de matière dans les granules, ce qui est en partie faux puisque il faut atteindre la dilution de 11CH et des poussières. On entre alors dans la discussion de l’effet des hautes dilutions. Pour cela vous devez consulter les travaux du Pr Jacques Benvéniste qui est mort des attaques faites contre lui, du Pr Luc Montagnier (qui a toute sa tête je vous rassure, je l’ai rencontré), du Pr Marc Henry physicien quantique reconnu mondialement que je connais fort bien, sans oublier le Pr Joël Sternheimer physicien quantique, mathématicien, musicien (Évariste)
b) L’effet de l’homéothérapie est un effet Placebo. Il n’a pas plus d’effet placebo que celui de la prise d’un médicament quel qu’il soit. Trois ans d’étude pour un diplôme sur l’effet placebo? Ouvrez une matière médicale homéopathique…
c) Les médecins homéopathes ont des résultats car ils écoutent leur malade et favorisent ainsi l’effet Placebo. Personne n’empêche un médecin d’écouter le patient et d’avoir un effet placebo…

Pourquoi ce mode de pensée est tant critiqué et quelle en est la critique principale?

Il est critiqué car il n’est pas enseigné à la Faculté référence absolue de l’art de soigner Par ailleurs, la Faculté formate les étudiants au sujet de médecines qui soignent autrement.
Il est critiqué car il bouleverse ou semble bouleverser les références de base auquel tout être humain a besoin de se référer.
Il est critiqué car le mode de pensée référent, dominant est l’action moléculaire, c’est à dire que sans molécule un produit ne peut pas avoir d’action thérapeutique et n’est que de l’eau. Et l’eau c’est du placebo.
C’est là semble t-il où se trouve la critique principale.
L’expression « ce n’est que de l’eau » si souvent employée concernant l’homéopathie ne pourrait, si elle s’en tenait uniquement à cela, que lui apporter des lettres de noblesse.
En effet plus de 60% des troubles fonctionnels sont guéris par l’absorption d’eau qui représente la vie et nous savons tous que sans eau une cellule meurt rapidement. Tout ce qui constitue une cellule (mitochondries, ribosomes, appareil de Golgi, les échanges membranaires etc.) ne peuvent fonctionner que par la présence d’une fine couche d’eau dont on ne parle jamais sauf en physique quantique.
La dilution dans l’eau constitue une référence chimique.
Enfin la critique se concentre aussi sur l’utilisation de granules qui font sourire et sont l’objet de moqueries et de rigolades. Le remède homéopathique peut être administré en liquide, en comprimé, en suppositoire, en injectable, etc la forme granule est la plus facile.

Le granule est un support et absorbe la dilution effectuée jusqu’au centre du granule permettant l’absorption sublinguale ou perlinguale du produit dont il est imprégné, exactement comme un comprimé rond de Trinitrine Laleuf ou l’absorption de médicaments de désensibilisation à une allergie.
Cette absorption est aussi rapide que celle d’une intraveineuse.

Enfin il est bon de préciser que l’utilisation de cette thérapeutique par un médecin n’annihile absolument pas la thérapeutique apprise à la Faculté et que c’est la connaissance des deux thérapeutiques qui permet de choisir l’une ou l’autre ou même parfois de les associer.

Historique

Ceci dit faisons un tout petit peu d’historique.
Hippocrate utilisait en thérapeutique la loi des contraires et la loi des semblables. Si bien qu’il soignait avec succès le choléra par l’hellébore blanc (Veratrum album) car l’intoxication par cette plante développe un syndrome cholériforme. Cette plante est très toxique et ne peut être utilisée qu’en dilution et elle agit alors en inversant son action et en guérissant les symptômes qu’elle crée sinon elle ne peut que les aggraver. Il n’y a là rien d’extraordinaire et rien à voir avec un effet placebo quelconque.
De même, le quinquina qui guérit les fièvres peut chez des sujets sensibles et en bonne santé créer les symptômes de la fièvre; mais pas chez tous.
Cette notion de sensibilité individuelle est bien connue de tous les médecins et est à la base de l’allergie et des effets secondaires des médicaments. Elle ne fait que traduire le fait que chaque individu est un être unique.


Exemple concret de l’application du Principe de similitude.
Il vous est déjà arrivé de couper un oignon en faisant la cuisine ou en aidant un proche qui la fait.
Que se passe t-il? vos yeux pleurent et l’irritation n’est pas très agressive, votre nez coule, vous éternuez et vous mouchez. Si vous insistez sans vous protéger, le nez s’irrite.
Comment cela s’appelle t-il en médecine? un coryza, un rhume, une rhinite…
Lavage de nez, paracétamol, inhalations, Fervex – à éviter à cause des effets secondaires de la phéniramine… – sont les traitements classiques.
On peut aussi utiliser la sauge sclarée pas l’officinale car elle contient de la thuyone qui rendait « fou » les buveurs de la fée verte… mais aussi,
l’homéopathie qui utilise l’oignon: Allium cepa de la 4 à la 9 CH. Ce n’est pas le mal par le mal car lorsque vous attrapez un rhume vous n’avez pas coupé d’oignons, vous avez des symptômes qui ressemblent à ceux que l’oignon provoque; mais il existe aussi d’autres remèdes tels que Euphrasia, Kali iodatum, Apis mellifica, Arsenicum album… suivant l’individualisation des symptômes, leur évolution, d’où l’interrogatoire approfondi qui doit être effectué pour trouver le bon remède comme une clef dans une serrure. Cet interrogatoire prend du temps et ce temps qui prend en compte les réactions individuelles du patient face à une agression ne lui est pas consacré (au patient) pour ses beaux yeux ni pour obtenir un effet placebo dont on se fout comme de l’an quarante. Le médecin homéopathe passe du temps avec son patient car il cherche un remède adapté aux symptômes individuels du patient – en dehors du diagnostic de maladie – qu’il fait aussi-. Double travail.

Autre exemple:
L’intoxication par l’arsenic touche tous les organes mais en particulier les poumons (asthme, cancers), la peau (psoriasis, cancer, eczéma…), le sang (leucémies et hémorragies). Consulter les dégâts de l’eau intoxiquée à l’arsenic au Bengladesh. En médecine classique l’arsenic a été utilisé pendant des siècles pour guérir le paludisme jusqu’à l’arrivée du quinquina. Il guérissait aussi (avec le mercure) la syphilis. Actuellement il est utilisé pour guérir la leucémie promyélocytaire à la dose de 0,15 mg par Kg et par jour en perfusion de 2 h pendant 50 jours. Dans ce cas cet arsenic est bien sûr dilué (cela correspond à une 4 CH environ); la succussion nécessaire est faite par le transport du médicament et son utilisation à l’hôpital.
Le mode d’action du médicament (Trisenox) est mal connu et on invoque ce que l’on constate qui n’est pas une preuve scientifique (de même que l’immucyst guérit les polypes et cancers de la vessie).
Personnellement je constate que l’arsenic qui créé la leucémie promyelocytaire la guérit et je n’hésite pas à penser que la médecine classique fait de l’homéothérapie sans le savoir.
L’interrogatoire sera encore plus long pour traiter les maladies chroniques car nous sommes en présence d’un terrain qui ne peut être mis en exergue que par les antécédents personnels et familiaux du patient. La notion de terrain, de diathèse fait sourire les médecins « modernes ». Ils parlent encore du terrain arthritique avec la notion d’ élévation de l’acide urique et la présence de goutte mais c’est tout et encore! Pour parler de terrain il faut interroger et observer le patient, son comportement, sa constitution etc., autant de choses qui n’intéresse pas la médecine rationnelle…

Le médecin homéopathe


Bien entendu le médecin homéopathe fait un diagnostic de maladie (quand cela est possible) et utilise les moyens biologiques, radiologiques nécessaires et fait appel s’il le juge approprié à un spécialiste. Il est à la fois un médecin « normal » (puisque le terme allopathique ne vous plait pas) et un médecin qui pratique d’autres thérapies efficaces dont l’homéopathie.
J’ai enseigné et enseigne l’homéopathie depuis plus de 30 ans à la faculté de médecine de Bobygny au sein du DUMENAT (Diplôme Universitaire de médecine Naturelle) créé par le doyen le Pr Cornillot, à la faculté de pharmacie de Montpellier pour le diplôme mis en place par Madame le Pr Madeleine Bastide chef de service de bactériologie, virologie et immunologie et dans des écoles privées. Le diplôme dure 3 ans. Pensez-vous que pendant 3 ans on enseigne l’effet placebo et délivrons un diplôme de placebologue? Soyons sérieux!

Preuve scientifique ?

Que signifie la « preuve scientifique »? Rien Il n’y a pas de preuves scientifiques. Il n’y a que des constatations. Les indiens d’Amérique guérissait le paludisme avec des infusions d’écorce de quinquina sans preuves scientifiques. On leur a volé ce traitement. On a extrait la quinine pour faire du profit, puis on l’a donnée en préventif pour augmenter ce profit; On a ainsi créé des résistances et on donne maintenant de l’armoise annua (connue pour guérir le paludisme bien avant JC) dans lequel les mêmes personnes ou leur progéniture « au gêne dollar » ont extrait l’artémisinine pour recommencer à faire du profit. Mais l’armoise africaine (Artemisia afra) guérit aussi le paludisme et ne contient pas d’artémisinine. C’est le totum de la plante, l’infusion, qui guérit à plus de 96% contre un peu plus de 70% pour l’artémisinine. On n’enlève pas un alcaloïde de son environnement.
C’était un aparté historico-scientifique. L’homéothérapie est efficace et coûte peu ne vous en déplaise. Il suffit d’essayer de pratiquer mais attention pas avec un raisonnement allopathique. Cela ne marche pas. pensez-vous que je pratique l’homéothérapie depuis 40 ans pour le plaisir de donner un placebo? Si vous le pensez c’est ennuyeux pour vous.
Quand aux charlatans il y en a partout et en parler est un autre sujet.
« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur eta oublié le don » (Albert Einstein).
Je rajoute comme exemple concret que pour une même maladie nous ne donnerons pas les mêmes remèdes à un sujet qui a toujours chaud ou qui a toujours froid par exemple, qui est lent dans ce qu’il fait ou qui est toujours pressé, etc. Cela peut vous paraître bizarre mais c’est ainsi et vous comprendrez qu’avec de telles notions il est très difficile de réaliser des études que vous avez l’habitude de prendre pour des panacées alors qu’elles ne peuvent être que des orientations. L’être humain n’est pas un robot mais c’est pourtant ce qu’il devient toujours avec de l’argent. Regardez le paiement à la performance… comment avez-vous pu accepter cela?

 

Sites internets conseillés :

 

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Partager Facebook Twitter Flux RSS

RSS Santé au travail en Suisse

  • Accident professionnel et accident non professionnel : définitions
    Toutes les personnes qui travaillent en Suisse sont nécessairement assurées pour les accident professionnel et accident non professionnel par l‘Assurance accident ( LAA). La prise en charge au titre de l’accident est beaucoup plus favorable pour un assuré que la prise en charge en maladie. En Suisse un accident pendant les activités quotidiennes ou de loisir, […]

RSS Cris et chuchotements médicaux : le blog

RSS Cancer Rose

RSS Blog : je suis malade.org

  • L’AFFAIRE WAKEFIELD: OÙ EST LA VRAIE FRAUDE?
    Un résumé de la fameuse affaire qui a lancé le débat sur la sécurité des vaccins. Wakefield conseillait des vaccins monovalents alors la machine de l’industrie pharmaceutique a essayé de l’écraser MAIS la vérité resurgit toujours. Merci Dr Wakefield pour votre probité, votre honnêteté et votre compétence https://www.youtube.com/watch?v=Jx2IbPZXej8

RSS Santé au travail en France

  • La vaccination par le BCG n’est plus obligatoire pour de nombreuses professions
    La vaccination par le BCG n’est plus obligatoire pour de très nombreuses professions : un décret publié le 27 février 2019 a modifié l’arrêté de 2007.   Suspension de l’obligation de vaccination par le BCG pour de nombreuses professions Vaccination par le BCG Circulaire DGS/SD5C/2004/373 11 octobre 2004 La vaccination par le BCG dans la population […]

RSS Cancer Contribution

RSS Doctor 2.0

  • Virtual Medicine 2019 @Cedars-Sinai : la voix du patient par Denise Silber #Vmed19
    «  The Virtual Medicine conference de l’hôpital de Cedars Sinai (édition 2019) se situe à l’intersection des technologies de réalité virtuelle et de la médecine clinique de pointe. Pour la ... Lire la suite The post Virtual Medicine 2019 @Cedars-Sinai : la voix du patient par Denise Silber #Vmed19 appeared first on Doctors 2.0.

RSS Silber’s Blog

  • Hommage aux ePatients et aux Docteurs 2.0 #doctors20
    "Les ePatients et les Docteurs 2.0 sont les piliers de l'e-santé. C'est à partir de leurs initiatives que tout devrait se construire. Ce n'est pas le cas. Changeons cet 'hélas' en 'allons-y'. Voilà pourquoi j'ai rédigé ce texte pour le...

RSS Visites médicales du permis de conduire

RSS Zeblogsanté

  • L’intelligence artificielle MEDVIR aurait-elle pu sauver Naomi ?
    L‘histoire tragique de Naomi Musenga a secoué la France et le monde des Urgences. Les faits sont encore incertains. Mais on peut se demander si cela n’aurait pas pu être évité. Des faits encore incertains 29 Décembre 2017, 11h du matin, Naomi Musenga, 22 ans, appelle les pompiers de Strasbourg pour une douleur abdominale trèsLire […]

RSS Opinions médicales

Soutenir la mission de l'association :
promouvoir l'usage des NTIC au service des patients, de la médecine et de la santé.



Médecins Maitres-Toile